NOS ALIMENTS SERAIENT ILS « CANCÉREUX » POUR LES TRAITER AU COBALT ?

La viande, le poisson, les fruits et les légumes sont systématiquement passés sous rayon ionisant pour prolonger leurs durées de vente et présentation.

L’irradiation des aliments, officiellement appelée “ionisation”, est une technologie nucléaire qui consiste à soumettre un aliment à des rayons gamma (générés par une source radioactive, du cobalt 60 et parfois du césium 137), à des rayons X ou à des faisceaux d’électrons à très haute énergie.

Inventée par des français au milieu des années 1940, cette technique permet de détruire certains micro-organismes, parasites et insectes, mais aussi de ralentir le mûrissementinhiber la germination et mieux conserver les aliments

image macron DÉFENSES NATURELLES ET IMMUNITAIRES contre le Vieillissement cellulaire du corps, du visage et du cerveau : fortifiez vos défenses immunitaire et combattez le stress oxydatif qui détruit les cellules - Complément alimentaire prébiotique naturel/natural prebiotic - Homeogum France

l’irradiation permet ainsi le transport sur de longues distances et le stockage de longue durée, toutes choses que les industriels adorent.

À des doses supérieures à 6 kilogray (unité de mesure), l’irradiation peut dégrader les vitamines ainsi que d’autres nutriments, diminuant ainsi les qualités nutritives du produit. Elle peut avoir un impact négatif sur le goût, l’odeur et la texture des aliments traités.

En France, la dose de 10 kilogray est autorisée pour le traitement des céréales, de la farine de riz ou des épices, et la dose de 5 kilogray ne doit pas être dépassée en théorie pour la viande ou le poisson.

Les aliments doivent être irradiés assez longtemps pour que les bactéries et moisissures ciblées soient inactivées.

Les organismes irradiés à ces doses ne peuvent plus germer (ce qui empêche leur mise en culture par le consommateur, mais empêche aussi le germe d’éventuellement se nécroser et former une pulpe noire).

ACHETER VOS FRUITS ET LÉGUMES, VOTRE LAIT A LA SOURCE DANS LES FERMES, CHEZ LES MARAÎCHERS ET PRODUCTEURS MÊME NON « BIO » (no Organic)
RÉSISTER A L’OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE ET FAITES AUSSI TRAVAILLER NOS PAYSANS, PRODUCTEURS ET ARTISANS LOCAUX
Les rayonnements ionisants, tels que les rayons X, libèrent de l’énergie quand ils traversent les tissus de notre corps. Ils provoquent une ionisation de ces cellules, altérant leurs différents composants, notamment l’ADN (Acide Désoxyribonucléique), qui est le support d’information génétique.

L’irradiation provoque une perte de vitamines et présente des risques de cancérogénèse et de mutagénèse dus à la prolifération de radicaux libres et de molécules nouvelles au sein de l’aliment irradié. Par ailleurs, l’irradiation peut être utilisée comme substitut à de bonnes méthodes sanitaires de production.

L’équilibre microbiologique de l’aliment irradié est fragilisé, des agents pathogènes se développent souvent plus rapidement et prolifère puisque leur « concurrents » ont été tués.

C’est donc une grande perte pour la micronutrition au sein du microbiote et notamment dans le Duodénum ou Intestin grêle qui ne peut assimiler les vitamines et minéraux absents. L’organisme est donc déficitaire au niveau cellulaire dans son immunité générale.

image ADN DÉFENSES NATURELLES ET IMMUNITAIRES contre le Vieillissement cellulaire du corps, du visage et du cerveau : fortifiez vos défenses immunitaire et combattez le stress oxydatif qui détruit les cellules - Complément alimentaire prébiotique naturel/natural prebiotic - Homeogum France
IMMUNIM VITAL CONTRE LES MÉTAUX LOURDS

Conjugué avec d’autres sources contaminantes et les perturbateurs endocriniens « usuels » nous pouvons imaginer le pire sur la santé.

DANS LA PRATIQUE ACHETER DANS LES SUPERMARCHÉS C’EST UNE AFFAIRE DE GOÛT ET DE RISQUE !

LE CONSEIL NUTRITION :

  • Nettoyer vos légumes : utilisez une cuillère à café de bicarbonate plutôt que du vinaigre ou de la javel !
  • Rendre les produits plus digestes : le bicarbonate de sodium rendra le chou moins odorant, moins fort en goût et plus digeste à la cuisson. Ça marche aussi avec les légumes secs, comme les lentilles ou les pois-chiches.
  • Combattre l’acidité : dans une salade d’agrumes ou une sauce tomate, rajouter un peu de bicarbonate de sodium pour rendre votre préparation plus douce pour vos papilles et votre estomac.

Les vraies raisons de l’existence du Codex Alimentarius

Les lobbies pharmaceutiques, affaiblis par les scandales répétés d’effets secondaires graves et mortels de produits de grande consommation, doivent faire face à une menace terrible : la concurrence des compléments alimentaires.

Pour cela, ils ont formé un cartel qui, sous l’égide des Nations Unies, avec une Commission chargée de mettre en place (dans le plus grand secret) un code international appelé Codex Alimentarius.

Cette Commission prouve non seulement que le cartel passe au dessus des gouvernements en infiltrant l’organisation mondiale de la santé (OMS) et du commerce (OMC) mais qu’il a le pouvoir de réglementer notre santé et notre alimentation en imposant des sanctions aux pays qui ne suivraient pas leurs recommandations.

Au programme, le Codex envisage le plus sérieusement du monde de limiter l’accès aux nutriments essentiels et vitamines notamment, en diminuant drastiquement les doses, en contrôlant la fabrication et la vente.

Pourtant, les compléments alimentaires sont souvent bien plus efficaces que les médicaments prescrits qui tuent 150.000 personnes chaque année aux USA (l’équivalent d’un crash aérien avec 400 personnes à bord chaque jour !) et 15 000 en France.

image Actualités Homeogum sur la dangerosité des médicaments - compléments alimentaires - food supplement

Dernièrement, il a été trouvé la mention « Pasteurisation à froid » sur certains jus de fruits vendus dans des cafés. Cette appellation (autorisée aux Etats-Unis) désigne clairement le traitement par « rayonnements ionisants » mais elle est illégale en France

Il s’agit visiblement d’une traduction de l’étiquette par des intermédiaires peu au courant de la législation.

Le consommateur aurait dû lire « traité par rayonnements ionisants ».

La DGCCRF (la répression des fraudes) a été alertée sur ce sujet.

Le problème, c’est que « de façon générale, les contrôles au stade de la commercialisation sont incohérents, disparates, variant d’une année à l’autre et d’un pays à l’autre, et sans règles communes, ce qui rend une réelle évaluation quasiment impossible” selon le Collectif contre l’irradiation des aliments.


La libre circulation des marchandises au sein de l’espace Shengen facilite évidemment les dérives. Conclusion, même si l’étiquetage est obligatoire, le consommateur a peu de moyens de savoir si un aliment a été irradié.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Selon internationalnews.fr, remarquablement renseigné sur le sujet, “c’est du côté du dogme de l’hygiénisme qu’il faut chercher l’alibi d’une telle pratique”.  

Outre le ralentissement du mûrissement, l’arrêt de la germination, le transport longue distance et le stockage de longue durée facilités, bien sûr.

L’hygiénisme, qu’est-ce que c’est ? Tout simplement la version extrémiste de l’hygiène, qui entend exterminer tout microbe, bactérie, virus ou champignon en oubliant qu’ils ne sont pas tous pathogènes, que certains peuvent être anodins voire même utiles…

On nous vend l’ionisation comme une mesure supplémentaire pour nous protéger.

Mais des aliments obtenus et transportés avec bon sens ne sont ni contaminés ni dangereux.

Mieux, de simples mesures d’hygiène permettent d’éviter les intoxications : cuisson, choix d’aliments frais, respect des dates de consommation, etc…